Défiscaliser en 2018 avec la loi Mézard

Défiscaliser en 2018 avec la loi Mézard

L’investissement dans la pierre est toujours intéressant puisque c’est une valeur sûre. Pour l’année 2018, la loi Mézard promet des réductions importantes sur l’impôt sur le revenu. Son but est d’encourager la construction de maison dans les zones où l’offre locative est très faible par rapport à la demande. La condition est donc de mettre en location son bien neuf à usage de résidence principale.

A combien s’élève les réductions d’impôts ?

La réduction d’impôt dépend de la durée d’engagement du contribuable à mettre en location son bien. Vous bénéficiez d’une réduction de 12% pour une période de location de 6 ans, 18% pour 9 ans et 21% pour 12 ans. Dans ce dernier cas, vous vous engagez d’abord pour une location de 9 ans et bénéficiez de 2% de réduction par an. Ensuite, vous obtenez une réduction de 1% par an de la 10ème à la 12ème année. La loi Mézard offre bien d’autres avantages que la réduction d’impôts. Il est possible d’investir sans apport avec ce dispositif. Vous contractez un prêt pour payer l’intégralité du prix de la maison. Ensuite, celui-ci sera remboursé et couvert par les loyers et la réduction d’impôts. La loi Mézard permet en outre de louer le bien à ses parents ou ses enfants à condition qu’ils ne fassent pas partie du foyer fiscal du contribuable.

Quelles sont les conditions de la loi Mézard ?

Pour bénéficier des avantages de ce dispositif, le gouvernement émet quelques conditions. Avec la loi Mezard (texte officiel du gouvernement ici), vous pouvez voir en détail ces conditions et à qui s’adresse le dispositif. Mais de manière succincte, retenez qu’avec la loi Mézard, il faut est d’acheter un logement neuf pour le mettre en location en tant que résidence principale. Il peut également s’agir d’un logement à construite, d’un logement acheté dans le cadre d’une VEFA ou vente en état futur d’achèvement, d’un logement ancien rénové à neuf ou d’un local transformé en logement. Il faut noter que l’investissement maximum avec la loi Mézard est limité à 300 000 €. Bien sûr, vous pouvez acheter un bien plus cher, mais le surplus ne sera pas pris en compte dans le pourcentage de réduction d’impôts.

Categories: Investissement

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*