Prendre un 3ème pilier peut vous aider à devenir propriétaire




Avec l’assurance vieillesse survivant et invalidité, la prévoyance individuelle et la prévoyance professionnelle, il est parfaitement possible de financer un projet immobilier et devenir propriétaire. Comment ça se passe ? Quelles sont les conditions à respecter? Les réponses dans ces quelques lignes.

Les conditions requises pour devenir propriétaire

Pour investir dans un projet immobilier et utiliser à bon escient le troisième pilier, il faut acheter ou construire une résidence principale ou secondaire et ne pas la mettre en location. Cette résidence doit être une maison familiale ou un appartement. Le déblocage du 3ème pilier concerne également l’acquisition de participation à la propriété d’un logement où vous habiterez ou encore le remboursement de crédits hypothécaires.

Qu’en est-il de l’amortissement direct ?

Avec une partie du 3ème pilier, vous pouvez constituer un apport personnel. Vous en tirez des intérêts faibles et une dette hypothécaire. Vous n’aurez cependant plus d’assurance décès invalidité, ne bénéficierez plus d’une déduction fiscale annuelle et n’assurerez plus de revenus pour la retraite. Avec ce genre d’achat, sachez que vous devez payer un impôt de 5 à 7 % pour le 3ème pilier lié. Mais dans le cas du 3ème pilier libre, aucun impôt ne sera prélevé. De ce fait, il est conseillé de procéder à des retraits successifs tous les 5 ans.

Le nantissement ou l’amortissement indirect

Il est également possible de mettre le troisième pilier en nantissement quand vous contractez un prêt auprès de la banque pour l’achat d’un bien immobilier, car il servira de garantie si vous êtes insolvable. Ainsi, lors de votre retraite, la banque ne prendra que le montant pour rembourser le crédit hypothécaire. Les surplus et les intérêts vous reviennent.

Cette option est intéressante dans la mesure où elle permet de préserver le contrat de 3e pilier et les avantages y afférents. Ainsi, vous bénéficiez toujours des avantages fiscaux du 3e pilier lié et réalisez des économies d’impôt.

Le seul bémol, c’est le montant de la dette hypothécaire qui est plus importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post