Les prix de l’immobilier continuent de baisser dans certaines villes

Les prix de l’immobilier continuent de baisser dans certaines villes

Les prix de l’immobilier continuent de baisser dans certaines villes. Le rebondissement du secteur de l’immobilier ne profite pas à tout le monde. En effet, si les prix flambent dans quelques grandes agglomérations, ils continuent de baisser dans certaines villes comme Metz.

Un phénomène remarquable dans les villes de taille moyenne

baisse-de-l-immobilier1

Selon les études réalisées par les spécialistes, les prix de l’immobilier continuent de baisser dans certaines villes. Les coûts des appartements ont subi une baisse estimée à 8 %, comparés à la période 2007/2008. Si le mètre carré était alors côté à 3.000 €, il est actuellement passé à 2.780 €. Le phénomène est surtout remarquable dans les agglomérations de taille moyenne dont les activités économiques sont en constante récession.
Ainsi, les replis des prix de l’immobilier sont notamment constatés dans les villes provinciales qui demeurent plombées par leurs plans sociaux et où l’économie n’arrive pas encore à décoller après la dernière crise. On peut citer en exemple le cas de Metz où les prix ont baissé de 3,6 %, après une chute considérable de l’ordre de 25 % entre 2007 et 2009. Les cours des biens immeubles ont également reculé de 7,2 % à Besançon au cours de l’année 2010.

Une conjoncture favorable pour les investisseurs

investissement-immobilierLes prix de l’immobilier continuent de baisser dans certaines villes. Ceux qui désirent investir dans l’ancien, en province, devraient donc profiter de cette conjoncture, d’autant plus que les analystes tablent sur des conditions de crédit qui demeurent favorables aux emprunteurs pour l’année en cours. Ce recul des cours des logements est enregistré auprès d’une vingtaine d’agglomérations provinciales, où le coût du mètre carré varie entre 1.305 € à Vichy, à 5.280 € à Cannes.
Les biens immeubles construits dans les quartiers en dehors du centre de la ville, les habitats érigés dans les années 60-70, ainsi que les maisons dont les prix excèdent 300.000 € sont les plus touchés par cette décote. Les prix accusent ainsi une baisse de 10 % dans la zone périphérique sud de Caen et les cotations des logements situés sur la rive gauche de la ville de Rouen ont reculé de 6 % sur une année. Une bonne opportunité pour faire un investissement rentable. Les coûts des maisons et des appartements implantés dans les périphéries et dans les quartiers populaires des grandes villes sont encore loin d’atteindre leur niveau enregistré avant la crise.

Categories: Investissement

Ecrire un Commentaire