Un étranger à la tête d’Axa : une innovation pour la finance française

0 Comments 10 h 33 min



Axa a apporté une grande innovation avec la nomination de Thomas Buberl, de nationalité allemande, à sa tête. Jusque-là, aucun étranger n’avait dirigé un géant de la finance française, mais cette nomination signifie un affaiblissement du pouvoir des réseaux habituels de l’administration. Ces derniers se concentrent généralement sur la majorité des postes de direction des banques et des assurances.
Le départ anticipé d’Henri de Castries a été annoncé récemment, et celui-ci prendra effet au début du mois de septembre. D’après ses dires, ce départ n’est pas vraiment lié à son éventuelle désignation à la direction de la banque HSBC.

Thomas Buberl et Denis Duverne à la tête d’Axa

Une réunion du conseil d’administration du groupe s’est tenue le 19 mars dernier, et les membres de celui-ci ont nommé à l’unanimité Thomas Buberl, qui occupera officiellement le poste du directeur général à partir du 1er septembre. Après Claude Bébéar et Henri de Castries, Thomas Buberl sera le troisième dirigeant d’Axa. Avec l’appui de Denis Duverne, le président du conseil d’administration, Thomas Buberl se chargera de la mise en place d’un plan de stratégies pour son prochain quinquennat. Thomas Buberl a déjà eu une riche expérience dans ce domaine, car il avait pu réorganiser avec succès Axa-Allemagne depuis 2012. En plus, Denis Duverne est là pour assurer la sécurité du groupe, il y était déjà depuis 1995.

Une révolution dans le domaine de la finance française

Cette nomination de Thomas Buberl veut véritablement signifier qu’Axa est un groupe global, et qu’actuellement son activité sur le territoire français ne dépasse pas les 20% du chiffre d’affaires du groupe. La nomination signifie vraisemblablement la perte d’autorité des barons de la finance française, où des ex-hauts-fonctionnaires, provenant de l’Inspection des Finances ou de Polytechnique, sont au commandement. La désignation d’un Allemand à la commande d’Axa démontre alors une révolution de notre époque, et d’après Henri de Castries, c’est la méritocratie qui règne chez Axa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Post