Quelles sont les assurances prêt immobilier ?




Différents critères doivent être pris en compte lors du choix de l’assurance prêt immobilier à souscrire. Outre l’assurance imposée par le créancier, référez-vous aux garanties proposées, aux exclusions, à la durée et au mode d’indemnisation, etc. Lisez ce qui suit pour connaître les assurances prêt immobiliers qui existent.

Le principe de l’assurance prêt immobilier

La majorité des Français demandent un prêt immobilier pour l’achat d’un bien. La loi Pinel vient alors faciliter le remboursement de ce prêt, suivez ce lien pour en savoir davantage. La plupart du temps, pour se voir octroyer ce genre de prêt, la banque demande la souscription à une assurance prêt immobilier. Ce dernier doit vous permettre de couvrir les risques liés au chômage, au décès ou à l’invalidité. Il s’agit d’une obligation imposée par les organismes financiers après la signature de l’offre de prêt ou après le déblocage des fonds. Pour cela, vous devez opter pour une assurance comprenant au moins une garantie de décès et d’invalidité. En revanche, vous n’êtes pas obligé de faire une souscription auprès de l’établissement prêteur. Ainsi, une délégation assurance de prêt a lieu.

Vous pouvez résilier votre contrat d’assurance prêt immobilier chaque année à la date d’anniversaire de votre souscription. Ainsi, vous avez la possibilité de changer d’offre et de changer d’assureur. Si votre banque refuse ce changement, il est obligé de se référer aux 18 critères établis par le CCSF pour justifier cela.

Par ailleurs, vous pouvez recourir à la répartition de l’assurance si vous êtes deux à souscrire un prêt immobilier. Dans ce cas, chacun de vous peut être assuré, soit sur la totalité du capital, soit sur la moitié du capital, soit en fonction de vos revenus respectifs.

L’assurance chômage crédit immobilier

En cas de licenciement, l’assurance chômage crédit immobilier vous permet de rembourser la totalité ou la part des mensualités. Il est également possible de reporter les mensualités en fin de crédit sans les intérêts supplémentaires. Quoi qu’il en soit, un établissement financier ne vous oblige pas à souscrire cette assurance. Son coût est très élevé à cause de l’augmentation du taux de chômage.

Pour bénéficier d’une assurance chômage, les conditions suivantes doivent être remplies :
– souscrire une assurance décès-incapacité ;
– être en CDI ;
– avoir 6 mois d’ancienneté ;
– ne pas être en préavis ;
– exercer un métier qui vous permet de bénéficier d’allocations de chômage ;
– être en-dessous de 55 ans.

Sachez que la prise en charge n’est effective que 6 à 12 mois après la souscription. De plus, l’indemnisation ne commence que 90 jours après votre licenciement et est limitée de 1 à 4 ans. Entre autres, vous ne pouvez pas en bénéficier si vous démissionnez de votre plein gré.

L’assurance décès prêt immobilier

Souscrire une assurance décès prêt immobilier est obligatoire lors d’une demande de prêt immobilier. Cela permet de protéger l’établissement financier, l’emprunteur ainsi que ses héritiers. D’une part, vous avez la possibilité de vous rapprocher d’un assureur de votre choix en dehors de votre banque. Ainsi, cette dernière doit étudier les clauses de contrat établi avant d’accepter la délégation d’assurance. D’autre part, optez pour un contrat de groupe proposé par votre banque pour bénéficier d’un changement de l’offre pendant la première année du prêt et tous les ans à la date de l’anniversaire du contrat.

Par ailleurs, les risques suivants sont couverts par une assurance décès prêt immobilier :
– décès ;
– invalidité totale ;
– incapacité temporaire ;
– perte totale d’autonomie.

Toutefois, la couverture de ces 3 derniers risques prend fin lorsque vous atteignez l’âge limite (58 à 70 ans). D’ailleurs, si vous êtes retraité ou proche de la retraite, seul le décès peut être couvert.

L’assurance prêt maladie

Dédiée aux personnes ayant un risque aggravé de santé, l’assurance prêt maladie n’est pas facile à obtenir. En effet, l’étude du dossier médical peut se faire jusqu’à trois niveaux. Tout d’abord, l’intéressé doit répondre à une sorte de questionnaire pour déterminer son état de santé. Si les conditions standards ne sont pas remplies, le dossier monte au second niveau. À ce stade, l’assureur peut proposer une assurance prêt maladie personnalisée, accompagnée de surprime et de garanties limitées. En cas de refus, le dossier peut être transmis à un troisième niveau, mais à condition que :

– l’ensemble des prêts demandés n’excède pas 320 000 € ;
– l’emprunteur a moins de 70 ans à la fin du prêt.

En revanche, l’emprunteur peut recourir à la commission de médiation AERAS. Elle lui permet de bénéficier facilement d’une assurance prêt maladie dont le montant du prêt immobilier ne dépasse pas 320 000 €. Ainsi, l’organisme prêteur a l’obligation d’accepter l’assurance obtenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post